Ghost Dance

Une création de Melissa Baker

GhostDance.poster.lrMise en scène d’Alberto Garcia Sànchez

tout public à partir de 8 ans. 1h10 tout public (1h version scolaires).

En partenariat avec la Maison Folie de Moulins, le Centre Culturel Henri Matisse de Noyelles-Godault et avec le soutien de la Manivelle Théâtre et CCA La Madeleine et le Petit Théâtre de Templeuve.

aide à l’écriture : Élodie Claeys, Caroline Cranskens et Rémi Boiteux.

Créé le 20 février 2016  pour le festival Contes et Légendes de Marcq en Baroeul et le festival M de la Maison folie de Moulins, 49 rue d’Arras.

VIDÉO TRAILER

VIDÉO ENTRETIEN

 

INTERVIEW À LA RADIO, EXTRAIT ÉMISSION RELEVÉ DE CONTEURS


 

La Ghost Dance…

…est une danse rituelle des Indiens des plaines qui a éclaté comme un feu de prairie vers 1889. Les colons blancs pensaient que se préparait un bain de sang contre eux, alors que les Indiens souhaitaient simplement faire revivre leurs frères et soeurs assassinés. Ce cri d’espoir se termina tragiquement à Wounded Knee, avec le massacre par la cavalerie de près de 300 danseurs sioux. Ce carnage marqua la fin de la vie libre des Indiens des plaines et le début de leur confinement sur des parcelles de terre (les réserves) qui n’ont depuis cessé de diminuer.

L’origine du projet…

J’ai commencé à rencontrer les gens de cette réserve en 2003… J’ai assisté au sommet des nations indiennes l’été de 2006. C’était fantastique. Le Warrior Alliance du Canada y était, ainsi que les  Owe Aku, groupe qui a participé au fameux American Indian Movement. Sous un chapiteau, dans les badlands près d’un rallye de bikers à Sturgis, le soleil de plomb et les brouillards de poussière n’arrêtaient pas les Indiens réunis pour défendre leur montagne sacrée et leurs nations. C’est aussi cet esprit de passion, ces rires, cette véhémence et cette invention que j’ai conservés dans mon souvenir et que je voudrais traduire dans cette pièce.

015_MB_JUL_12_D72_6201

Le spectacle…

Le spectacle évoque la tragédie de la colonisation des terres Indiennes à travers la légende sioux du garçon caillou. Le public découvrira cette légende retranscrite dans le contexte de la ruée vers l’or. Le parfum des trains à vapeur et les chansons country rythment le récit dans cette redécouverte étonnante et irrévérencieuse d’un Far West vu par les Sioux.

La légende du Garçon Caillou…

Transmise par Taopi Sica en 1897

Dans la légende, le père du Garçon caillou est un rocher très important, un rocher vivant, un rocher qui représenterait l’origine du monde. Sa mère est indienne. Fruit de ces amours baroques, le garçon caillou reçoit des cadeaux, de précieux présents qui, finalement, vont lui permettre de combattre.

Combattre ?

L’être maléfique, Iya, celui qui hait les indiens. Depuis longtemps Iya déploie un bataillon de stratèges diaboliques qui visent à réduire les Sioux à l’état d’esclavage – sans succès. Mais, Iya s’empare du rocher vivant, l’être le plus puissant de la terre… Désormais la défaite des Sioux est programmée. Pris dans les rouages de son complot, Iya n’a pas vu venir le garçon caillou… Leur affrontement sera terrible

La création du projet

Pour cette création, Melissa a demandé à Alberto Garcia Sànchez d’assurer la mise en scène. Son expérience du conte en tant que metteur en scène et auteur lui a valu plusieurs prix dont le Molière du jeune public en 2011, pour la mise en scène de Vy.

photo-AlbertoGSanchez

 

 

 

 

 

Né à Barcelone et résident belge, Alberto García Sánchez est comédien, metteur en scène et auteur. Il travaille en Espagne, en Belgique, en France et en Allemagne.

Comme comédien

le prix du jury du meilleur comédien lui a été décerné par le journal allemand Stuttgarter Zeitung.

Comme auteur

plusieurs de ses pièces ont été remarquées (Premier prix du festival d’Erfurt 2012 pour la pièce « Trois singes ».

Comme metteur en scène

son travail a été consacré par plusieurs récompenses, notamment le prix du ministère de la culture de Belgique dans le festival de Huy, et en 2011, un Molière lui a été décerné pour la pièce « Vy » de Michèle Nguyen.

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *